Oupeye – Gourcy, une coopération solidaire

Publié le mercredi 4 janvier 2012

Interpellé par le monde associatif, le 04 octobre 2001, le Conseil communal d’Oupeye signait la Charte : « Notre Commune, ce n’est pas le bout du Monde ».
Parallèlement, la Commission Solidarité Oupeye était créée pour coordonner et promouvoir les initiatives de solidarité.
En 2004, le Conseil communal adoptait une motion pour un partenariat de coopération internationale solidaire.
Ecolo se réjouit de cette audacieuse action solidaire de notre commune.

Une solidarité internationale nouvelle

Différents courriers et contacts ont conduit la Commune à envisager un partenariat de coopération avec la Ville de Gourcy au Burkina Faso.Une délégation communale s’est rendue à Gourcy en juillet 2005 afin de préparer les bases de ce partenariat de coopération. L’Échevin Michel JEHAES et le photographe Bernard JACQMIN sont partis à la rencontre de ces citoyens du Sud une dizaine de jours.

Situé en Afrique de l’Ouest, à quelque 10 heures de vol de Bruxelles, le Burkina Faso n’est traversé par aucun grand fleuve et reste sans accès à la mer. Sous un climat tropical de type sub-sahélien, ces régions connaissent une saison des pluies de quatre mois et une période sèche le reste de l’année.
Ancienne « Haute Volta », cette ancienne colonie française obtient l’indépendance en 1960 et se choisit le nom de Burkina Faso en 1984. Ce mot signifie « Pays des hommes intègres ».

Gourcy, une ville du Sud

Dans ce grand pays, les premiers contacts ont été établis avec Gourcy, une ville de la taille d’Oupeye, avec ses quelque 23.000 habitants. Elle se situe au Nord du Burkina Faso, à 140 kms de Ouagadougou, la capitale. Un seul « goudron » la traverse ; c’est-à-dire une seule voirie aménagée.
Aujourd’hui chef-lieu de la province du Zondoma, Gourcy reste une ville assez particulière, de par son histoire. En effet, elle fut longtemps la capitale du royaume du Yatenga. Selon les gens de Gourcy, le mausolée de la ville abrite les fétiches du pouvoir de tous les rois. C’est à Gourcy que ces derniers sont sacrés. La ville est connue à travers tout le pays pour son rôle historique et coutumier.

La ville est une commune autonome, avec un premier conseil élu depuis l’année 2000. Le Conseil municipal est composé de 15 élus (3 par secteur ou quartier). Les prochaines élections municipales sont organisées en février 2006.
Le maire travaille surtout avec ses deux adjoints. Et de ce côté, saluons l’esprit d’ouverture qui règne à Gourcy : en effet, la première adjointe est une femme ; le second est membre d’un parti d’opposition.

La Commune d’Oupeye a pris contact avec Gourcy dans une perspective de coopération solidaire. L’originalité de cette coopération est de créer une solidarité entre communes. C’est une démarche politique noble. C’est aussi l’occasion de renforcer le développement d’une démocratie locale dans le Sud.

L’assainissement de Gourcy

La Mairie de Gourcy a rédigé un premier projet qui ciblait la priorité de l’assainissement. Ce projet a été soumis à la concertation du Conseil municipal, ainsi que divers acteurs tels que les associations, les opérateurs économiques et le comité de jumelage.
Au terme de toute cette concertation, la priorité a été mise sur la propreté publique, avec un comité de propreté dans chaque secteur. L’idée s’appuie sur l’action bénévole des balayeuses dans le secteur du centre. Concrètement, 25 personnes (20 femmes et 5 hommes) travailleront dans chacun des 5 secteurs de la ville. Ils constitueront un comité chargé du balayage et de l’enlèvement des ordures publiques. Les membres des comités recevront une indemnité de 500 francs CFA (un peu moins d’1 €) par jour de travail effectif (deux jours/semaine), ce qui contribuera à la réduction de la pauvreté qui a surtout un visage féminin dans la commune. Chaque comité recevra du matériel de collecte et de nettoyage. Tout cela sera co-géré par le comité de secteur et la mairie. Chaque comité est responsable du bon entretien de son matériel sous le contrôle de la mairie.

Un budget a été établi pour mener ce projet à bien. Le projet totalise ainsi des dépenses d’environ 70.000 € sur deux ans. Il pourra se poursuivre grâce aux recettes du marché en plein développement.
La Région Wallonne a sélectionné le dossier de la Commune d’Oupeye pour co-financer ce projet à raison de 85 % (quelque 61.000 €).

La Commune d’Oupeye et sa Commission solidarité organisent à présent le lancement du projet, avec l’aide des coopérants d’Autre Terre, présents au Burkina Faso.